Journal

Aime mon Amour

Paris, le 23 juillet 2019
Marie-Madeleine (46)
Marie-Madeleine de Garth Davis (2018)
« Dieu, en effet, a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, son unique, pour que tout homme qui croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle.« 
(Jean 3:16)

Lire la suite « Aime mon Amour »

Littérature

Faux et usage de faux

A14090« Petite et carrée, entièrement tendue de velours noir et fermée par une lourde porte de coffre-fort, la chambre des reliques ne s’ouvre que parcimonieusement, une ou deux fois par semaine, aux heures les plus indues, et les plus irrégulières, car un suisse en culottes bouffantes, armé d’une lance, inscrit chaque matin à l’entrée de la Résidence, à l’usage des badauds, à la craie sur un petit écriteau d’ardoise, si la chambre des reliques sera ou non ouverte ce jour-là, et à quelles heures. Or le roi qui possède cette collection, qu’il tient en partie de ses aïeux, mais qu’il a enrichie considérablement, en achetant de nombreuses pièces à des marchands ambulants, des mages qui font le trafic de l’Orient à l’Occident, de reliques divines, fragments d’étoffes ou d’instruments de souffrance, particules de la Croix, bribes d’os ou d’entrailles ayant appartenu à un saint, et qu’ils bricolent souvent de toutes pièces, apocryphes, à partir de la chair recueillie des mendiants lépreux, ou même de viande de cochon recolorée, en y apposant de faux scellés, de fausses digitales, de faux parchemins qui certifient le passage des objets de mains en mains, ce roi-là est fort capricieux, et la foule qui se désintéresse de sa marotte obsolescente ne se presse plus depuis longtemps aux grilles de la Résidence, et les heures d’ouverture renouvelées chaque jour selon son humeur ont beau ne pas être respectées, personne ne proteste.

Lire la suite « Faux et usage de faux »

Littérature

L’Église est sale et Jésus est en carton

418tvYeUSNL._SX210_« Darmstadt : quinzième camp de concentration. Pareil à tous ceux qui l’ont précédé. Mais en plus, il y a une église orthodoxe. Une petite église improvisée. Traian Koruga et Iohann Moritz enlevèrent leur calot et pénétrèrent dans l’église. L’église était installée sous une tente. Tout au fond il y avait l’autel. Les icônes étaient dessinées sur du carton avec du charbon et des craies de couleur. À l’intérieur il n’y avait même pas de plancher. Il n’y avait que de la terre. La nuit d’avant il avait plu. L’eau avait pénétré sous la tente et avait transformé la terre en boue. Au milieu de l’église, il y avait un crucifix de la taille d’un homme. Traian s’était agenouillé à ses pieds. Jésus était en carton. Les épines de la couronne provenaient de boîtes de conserve découpées en minces lanières.

Lire la suite « L’Église est sale et Jésus est en carton »

Littérature

La rose putréfiée, stigmate des damnés

9782862609430_1_75« La bouche de la porte était fermée. Mais bientôt elle entendrait le gloussement sec de la clef farfouillant dans la serrure et la bouche s’ouvrirait dans un grand éclat de rire, découvrant Jan avec sa mèche blonde qui flottait comme une flamme pâle. Parce qu’elle l’avait rendu aveugle en l’obligeant à cacher ses yeux, elle ne parlerait plus à son frère, elle se contenterait de glousser. Elle avait tout réglé d’avance. Elle gloussa en regardant sa main, nid d’orvets blancs et aveugles enchaînés à la future rose rouge. Elle avait le sentiment qu’elle seule avait inventé le prix terrifiant de la dévotion.

Lire la suite « La rose putréfiée, stigmate des damnés »

Littérature

La pesanteur de la grâce

Le_Dieu_venu_du_Centaure« Laisse-moi te raconter mon histoire de chat. Elle est toute simple, très courte : une maîtresse de maison reçoit à dîner, elle a une magnifique entrecôte de deux kilos et demi sur le buffet de la cuisine, prête à être enfournée. La jeune femme bavarde tranquillement avec ses invités dans le salon, ils prennent un verre ou deux, puis elle finit par s’excuser pour aller dans la cuisine faire cuire la viande… qui a disparu. Et ne voilà-t-il pas le chat de la maison, dans un coin, est en train de se pourlécher tranquillement les babines…

Lire la suite « La pesanteur de la grâce »