Le poivre de la Terre

Paris, le 6 avril 2019
Regression (9)
Regression de Alejandro Amenabar (2015)

« On ne te dira plus : « l’Abandonnée », on ne dira plus à ta terre : « la Désolée », mais on t’appellera « Celle en qui je prends plaisir », et ta terre « l’Épousée », car le Seigneur mettra son plaisir en toi et ta terre sera épousée. »

(Ésaïe 62:4)

Mélancolie.

Avoir tant aimé sans que jamais cet amour n’élève véritablement qui que ce soit me brûle les yeux, la gorge, tout. « Vous êtes le sel de la Terre, la Lumière du monde », disait-Il… Mais mes larmes transportent du poivre noir, noir et acide, sur la Terre inépousée.

Lianes gluantes qui enguirlandent le monde ; toiles dégoulinantes de douleur où se perdent mes amours perdues. Je hurle mon désespoir au soleil zébré et jamais, jamais, l’horizon ne se dégage.

Attente.

Attente de…

DIEU.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close