Dans l’œil du Blues

psycho-movie-screencaps-com-5592-e1486051075638
Psycho d’Alfred Hitchcock (1960)

téléchargement (1)

 

I saw some people starving,
there was murder, there was rape.
Their villages were burning,
they were trying to escape.
I couldn’t meet their glances,
I was staring at my shoes.
It was acid, it was tragic :
it was almost like the Blues.

It was almost like the Blues.

I have to die a little,
between each murderous thought.
And when I’m finished thinking,
I have to die a lot.
There’s torture and there’s killing,
and there’s all my bad reviews.
The war, the children missing :
Lord, it’s almost like the Blues.

It’s almost like the Blues.

So I let my heart get frozen,
to keep away the rot.
My father said I’m chosen  ;
My mother said I’m not.
I listened to their story,
of the Gypsies and the Jews.
It was good, it wasn’t boring :
it was almost like the Blues.

It was almost like the Blues.

There is no God in Heaven,
and there is no Hell below ;
so says the great professor,
of all there is to know.
But I’ve had the invitation,
that a sinner can’t refuse.
And it’s almost like salvation :
it’s almost like the Blues.

It’s almost like the Blues.
Almost like the Blues.

J’ai vu des gens affamés,
se faire tuer, se faire violer.
Leurs villages brûlaient,
ils tentaient de s’échapper.
Je ne pouvais pas croiser leurs regards,
je regardais mes chaussures.
C’était acide, c’était tragique :
c’était presque comme le Blues.

C’était presque comme le Blues.

Je dois mourir un peu,
entre chaque pensée meurtrière.
Et quand j’ai fini de penser,
je dois mourir beaucoup.
Il y a de la torture et il y a des meurtres,
et il y a tous mes préjugés.
La guerre, les enfants disparus :
Seigneur, c’est presque comme le Blues.

C’est presque comme le Blues.

Alors je laisse mon coeur se glacer,
pour qu’il ne pourrisse pas.
Mon père dit que je suis élu ;
ma mère dit que je ne le suis pas.
J’ai écouté leurs histoires,
à propos des Gitans et des Juifs.
C’était plaisant, ce n’était pas ennuyeux :
c’était presque comme le Blues.

C’était presque comme le Blues.

Il n’y a pas de Dieu au ciel,
et il n’y a pas d’enfer en-dessous ;
c’est ce que dit le grand professeur,
de tout ce qu’il y a à savoir.
Mais j’ai eu l’invitation,
qu’un pécheur ne peut pas refuser.
Et c’est presque comme le salut :
c’est presque comme le Blues.

C’est presque comme le Blues.
Presque comme le Blues.

Almost like the Blues, Popular problems, Leonard Cohen (2014)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close