L’avènement du Dieu-néon

capture-d_c3a9cran-173
The Neon Demon de Nicolas Winding Refn (2016)

51IoAxUkCSL

 

Hello darkness, my old friend.

I’ve come to talk with you again,
because a vision softly creeping,
left its seeds while I was sleeping.
And the vision that was planted in my brain,
still remains within the sound of silence.

In restless dreams I walked alone narrow streets of cobblestone.
‘Neath the halo of a streetlamp, I turned my collar to the cold and damp,
when my eyes were stabbed by the flash of a neon light,
that split the night and touched the sound of silence.

And in the naked light I saw ten thousand people, maybe more.
People talking without speaking, people hearing without listening,
people writing songs that voices never share.
No one dare disturb the sound of silence.

Fools, said I, you do not know
silence like a cancer grows.
Hear my words that I might teach you ;
take my arms that I might reach you.
But my words like silent raindrops fell,
and echoed in the wells of silence.

And the people bowed and prayed, to the neon god they made.
And the sign flashed out its warning, in the words that it was forming.
And the sign said :

« The words of the prophets are written on the subway walls,
and tenement halls, and whispered in the sounds of silence”.


Bonjour pénombre, ma vieille amie.

Je viens te parler de nouveau,
car une vision s’insinuant doucement en moi,
a germé pendant mon sommeil.
Et cette vision, qui fut plantée dans mon cerveau,
demeure encore avec le son du silence.

Dans ces rêves agités, j’arpente seul d’étroites rues pavées.
Sous le halo d’un réverbère, je remontai mon col,
bravant l’air froid et humide, lorsque mes yeux furent éblouis
par l’éclat d’un néon qui déchira la nuit,
et atteignit le son du silence.

Et dans la lumière nue, je vis dix mille personnes, peut-être plus.
Des personnes discutant sans parler,
des personnes entendant sans écouter,
des personnes qui écrivaient des chansons qui n’ont jamais été chantées.
Et personne n’osa troubler le son du silence.

Idiots, dis-je, vous ignorez
que le silence, comme le cancer, se propage.
Écoutez mes paroles, que je puisse vous instruire ;
prenez mes bras, que je puisse vous atteindre.
Mais mes paroles tombèrent comme des gouttes de pluie silencieuses,
et résonnèrent dans les puits du silence.

Et le peuple s’est incliné et a prié le Dieu-néon qu’il a créé.
Et un avertissement est apparu, au travers de mots grésillants.
Et l’avertissement disait :

« Les mots des prophètes sont écrits sur les murs des métros,
et dans les halls d’immeubles, et murmurés dans les sons du silence« .

The Sound of SilenceWednesday Morning, 3 AM, Simon and Garfunkel (1964)

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close